vendredi 27 août 2010

The Polanski Case: Worthless Girls and Leagues of Men.

Some tunes never get old; they are to be sung arm in arm in unison, loud and clear, as one man. For several months now, an unalterable song has been repeating, again and again, the story of an All (mighty) “above all this,” “great artist,” a “benefactor of Humanity,” under house arrest in his “prison,” a 20,000 sq. ft Swiss chalet. Facing nothing, a couple of sad wenches looking for their pound of flesh. Of course this has nothing of a fable, this incessant commotion, this background noise, this permanent buzzing forever renewed at the pleasure of the media. It's a “silly” story, “of no importance,” a “nonsensical” accusation, “absurd,” “despicable,” a mere “misdemeanor,” this “thirty-three year old affair” is “ridiculous!”

With, on one side, those who, as one man, protest, have petitions signed, and speak up, taking the Pen and the audience as witnesses: it's intolerable, it “makes them sick to the stomach” to see one of them under attack, hunted down, diminished, slandered. From cocktail parties to interviews, on front pages everywhere, like one man, with outraged faces and eloquent words, here they are making themselves judges because they know it as fact: this “pure and simple blackmail operation” is “in all likeliness” a lie...

So we listen carefully to this league of men in close, tight ranks, with the nerve that their station allows, this self-proclaimed intellectual elite, arrogant, astounded to be called into question by nobodies, by expendable ones. A male elite which assumes the right to the bodies of some interchangeable victims, unruly enough to finally open their mouths.

Those for whom she was always wearing something too short, too tight, too revealing, she wanted it, she looked like a woman, she was a whore, he wasn't her first, and it suited her well that he was the one to initiate... Such a tease, so reckless, full of lies, she's crazy! And if it's not her, it must be her mother, who let her go on such a date. And no-means-yes, of course...

And who are they, those who are being talked about, ripped from their silence where they had carefully been put away after use? To this question, as one man, we are told there is nothing to see, come on, the plaintiffs are: nothing.

Nothing, merely a couple asses and anonymous utilitarian vaginas turned rotten meat, “housewife” for one, “publicity-craving” “prostitute perhaps” for the other, little forgotten thing, worthless girl, a little voice out of the past and a picture off the Internet, the story of a disgusting night with endless commentary.

Meanwhile, we are spending sleepless nights rolling in the echoes of their sordid details “it wasn't a rape, it was an illegal intercourse with a minor.” Asking ourselves what is going on here, what is unravelling in front of our eyes so that they can all assert, without blushing, without sweating, that the rape of a thirteen year old teenager, drugged, sodomized, after she had said No seventeen times and pressed charges that very evening could be defined in such light terms. This story, we've known it for a long time, and all these words, these qualifiers, we have heard them or we will hear them. Trite, common, vulgar words. Appalling. The same words for the same stories, again, always, again.

We are all worthless girls. Or have been. We, worthless girls, don't remember how many men we've had sex with. We said no, but not loud enough, it seems, to have been heard. We never forgot what it was to be a doormat, a reversible hole. We never could put words on that night until one year, ten years, twenty years later, but we never forgot what we hadn't yet said.

We, worthless girls, have been or will be one day called “fibbers,” “pathological liars,” “prostitutes” by courts of men. We have been, or will be, accused of “destroying family lives” when we charge a man beyond suspicion.

We, worthless girls, have been probed by medical hands, by words and questions, prodded, interrogated, all of this to conclude that we might not have been “innocent victims” after all. (There must be guilty victims then...)
We are worth nothing. But so many of us are or have been made worthless. Some are still walled in alive in these polite silences.

And we detect them, these ploys: brandishing the “sexual revolution” as an excuse, warning about the return of puritanism, conveniently coming up with charges against “sectarian” and “heinous” “moralism,” glaring at the countless anonymous commodities who step out of “line,” forget to be quiet and speak of justice. Reeks of feudality draped in “liberal citizens'” “honor,” torchbearers of the nation, artists, intellectuals, all agreed, laughing their heads off at the “me too, Polanski raped me when I was 16” jokes. To be in the in-crowd, among peers, this conniving of the powerful. Next girl in line, please, it's her turn.

We see it, this fear that someone may ask them to be accountable, that someone may go and scrutinize their lives and see how rapes, strategies of criminal power, masquerade, without a shade of a doubt, for normal, happy, liberated sexuality, a sexuality that has its “complexities” and its “contradictions.” We saw it, this fear of a “snowball effect”: what if all the others, all these worthless overnight girls, all of those who find themselves today, every day, in the situation Samantha Greimer found herself in in 1977, if all these insignificant numbers start having a face, a voice, an identity, some worth? What if they started talking, opening their traditionally heart-shaped mouths wide, breaking their tacit agreements and their lecherous secrets? What would these glorious exceptional men do from above the fray, the common people, the masses, these ivory towers keepers, these sensational, invaluable beings?

They would realize that all of this has nothing to do with this “political affair” or this “clash of cultures” that they are trying to sell us. That all of this resembles all rapes from all times, where the victim is never victim enough, where we're never certain enough that she did say no.

Because what is in play here is them versus the worthless, as they say, since it is common knowledge that you must be Someone for them to hear you.

PS The words and phrases between quotation marks are all actual quotes from the Polanski public debate.

Lola Lafon and Peggy Sastre.
Translation : Jeanne Kay  

mardi 8 juin 2010


Certains refrains ne s’usent jamais et s’entonnent à plusieurs d’une voix forte et assurée, bras dessus-bras dessous, comme un seul homme.

Et depuis des mois, une chanson inaltérable répète encore et encore l’histoire d’un Tout (puissant), « au-dessus de ça », « grand artiste », un « bienfaiteur de l'humanité », assigné à résidence dans cette « prison » qu'est son chalet suisse de 1800 m². Face à Rien, quelques tristes gueuses à la recherche de leurs « trente deniers ».

Évidemment, tout ça n’a rien d’un conte, ce brouhaha incessant, ce bruit de fond, ce grésillement permanent renouvelé sans arrêt au gré des relais médiatiques. C’est une histoire « idiote », « sans importance », une accusation qui « n’a pas de sens », « absurde » et « infâme », à peine un « délit », cette affaire vieille de « trente-trois ans », « ridicule » !

Avec d’un côté, ceux qui comme un seul homme s'insurgent, font signer des pétitions et se soulèvent, prennent la plume et l’audience à témoin : c’est intolérable, ça leur « soulève le cœur » qu'on puisse ainsi s'attaquer à un des leurs, déjà traqué, diminué, diffamé. De cocktail en interview, à la une de partout, comme un seul homme, la mine offusquée et le verbe vibrant, les voilà qui se font juges, parce que c’est ainsi, ils SAVENT : cette « pure et simple opération de chantage » est « vraisemblablement » un mensonge...

Alors nous l'écoutons attentivement, cette caste des hommes entre eux, bien serrés, bien rangés, avec l’aplomb de leur rang, cette auto-proclamée élite intellectuelle au verbe haut, abasourdie d’être mise en cause contre des pas grand choses, bien dispensables. Une élite mâle qui s’arroge le droit du corps de quelques interchangeables et désobéissantes victimes qui ouvrent enfin la bouche.

Ceux pour qui elle était toujours habillée trop court, trop moulant, trop transparent, pour qui elle le voulait bien, faisait déjà femme, était une pute, ce n'était pas le premier, et ça l'arrangeait bien, qu'il prenne les devants. Trop provocatrice, trop inconsciente, trop lolita, trop menteuse, trop folle – et si ce n'est pas elle, c'est donc sa mère qui l’a laissée aller au rendez-vous. Et qui dit non consent, bien entendu... Et qui sont-elles, celles dont on parle, extirpées du silence où elles étaient rangées soigneusement après utilisation ? A cette question, comme un seul homme, il nous est répondu qu’il n’y a rien à voir, allez, les plaignantes ne sont : Rien.

Rien, à peine quelques tas de culs et de vagins anonymes et utilitaires devenus viande avariée de « mère de famille » pour l’une et « prostituée peut-être » « en mal de publicité » pour l’autre, petite chose oubliée, fille de rien, une petite voix sortie du passé et une photo trimballée sur le net, l’histoire d’une nuit dégueulasse commentée à l’infini.

Nous, nous passons des nuits blanches à nous retourner dans les échos de leurs précisions sordides « ce n'était pas un viol, c'était une relation illégale avec une mineure ». A nous demander, nous aussi, ce qui se passe là, ce qui se déroule sous nos yeux pour qu'ils puissent affirmer, sans rougir, sans transpirer, que le viol d'une adolescente de 13 ans, droguée, sodomisée, ayant dit non à dix-sept reprises, ayant porté plainte le soir même puisse être défini en ces termes légers. Cette histoire nous la connaissons depuis longtemps, et tous ces propos, ces adjectifs, nous les avons déjà entendus ou nous les entendrons. Propos banals, courants et vulgaires. Consternants. Les mêmes mots pour les mêmes histoires, encore, toujours, encore.

Nous sommes toutes des filles de rien. Ou nous l’avons été.

Nous filles de rien ne savons plus avec combien d’hommes nous avons couché.

Nous avons dit non mais pas assez fort sans doute pour être entendues.

Nous n’avons réussi à mettre des mots sur cette nuit-là qu’un an, dix ans, vingt ans plus tard mais nous n’avons jamais oublié ce que nous n’avons pas encore dit.

Nous filles de rien avons été ou serons un jour traitées de « menteuse », de « mythomane », de « prostituée », par des tribunaux d’hommes.

Nous avons été ou serons accusées de « détruire des vies de famille » quand nous mettrons en cause un homme insoupçonnable.

Nous filles de rien avons été fouillées de mains médicales, de mots et de questions, expertisées interrogées tout ça pour en conclure que nous n’étions peut-être pas des « innocentes victimes ». (Il existe donc des victimes coupables…)

Nous ne sommes rien. Mais nous sommes beaucoup à l'être ou à l’avoir été. Certaines encore emmurées vivantes dans des silences polis.

Et nous les détectons ces droits de cuissage revenus à la mode, ces amalgames défendant la révolution sexuelle, hurlant au retour du puritanisme, inventant commodément un « moralisme » « sectaire » et « haineux », faisant les gros yeux parce qu'une de ces innombrables, anonymes, utilitaires, sort de son « rang », oublie de se taire et parle de justice. Relents de féodalité drapée dans « l'honneur » des « citoyens » « de gauche », éclaireurs de la nation, artistes, intellectuels, tous d'accord, riant à gorge déployée à la bonne blague des « moi aussi Polanski m'a violé quand j'avais 16 ans » - en être, entre soi, cette connivence des puissants. A la suivante.

Nous la voyons cette frousse qu'on vienne, à eux aussi, leur demander des comptes, y regarder de plus près dans leur vie et au lit, y voir comment des viols, ces stratégies de pouvoir criminels, se font passer, sans l'ombre d'un doute, pour de la sexualité normale, joyeuse et libre, une sexualité avec sa « complexité » et ses « contradictions ». Nous l'avons vue, cette peur de l'effet « boule de neige » : et si toutes les autres, toutes ces filles de rien et de passage, toutes celles à qui il arrive, aujourd'hui, tous les jours, de se retrouver dans la situation de Samantha Greismer en 1977, si toutes ces quantités négligeables se mettaient à avoir un visage, une voix, une identité, une valeur ? Et si elle se mettaient à parler, à l'ouvrir bien grand cette bouche traditionnellement en cœur, faisant valdinguer tous leurs accords tacites, leurs secrets d'alcôve ? Que feraient-ils, ces hommes de gloire, d'exception, ces au-dessus de la mêlée, du peuple, de la masse, ces gardiens de tours d'ivoire, ces êtres si sensationnels et précieux ?

Ils se rendraient compte que tout cela n'a rien à voir avec cette « affaire politique » ou encore ce « choc des cultures » qu'ils essayent de nous vendre. Que tout cela ressemble à tous les viols de toujours où la victime n’est jamais assez victime : où on n’est jamais assez sûr qu’elle ait bien dit non.

Car ce qui se joue là c’est bien Ceux-là contre Rien, comme ils disent, tant il est entendu qu’il faut être Quelqu’Un(e) pour être entendue d’Eux. 

Lola Lafon & Peggy Sastre
8 juin 2010

P.S les mots placés entre guillemets sont tous extraits de tristes discours existants.